Un chercheur universitaire spécialiste de l'ARNm est suspendu pendant quatre mois sans salaire pour avoir exprimé ses préoccupations

'Ils sont vraiment sur mon cas pour m'arrêter,' a déclaré le chercheur Patrick Provost. 'En faisant cela, cela laisse un message aux autres professeurs, que si vous vous exprimez publiquement contre le récit dominant, vous pouvez être soumis à des mesures disciplinaires et même perdre votre salaire, et peut-être être licencié en fin de compte.'

Remove Ads

Patrick Provost est professeur au Département de microbiologie-infectiologie et d’immunologie de l’Université Laval et spécialiste de l’ARN. 

Bon nombre de ses recherches et découvertes ont contribué à l'avancement de la recherche et ont été saluées par ses pairs. 

Durant la pandémie, M. Provost a soulevé des préoccupations au sujet des vaccins à ARN messager et, surtout, du risque de tels vaccins pour la santé des enfants. Ses propos lui ont valu une suspension sans solde de 4 mois de la part de l’Université Laval. 

Le 7 décembre 2021, Patrick Provost a pris part à une conférence à laquelle participaient plusieurs médecins et scientifiques. Organisé par Réinfo Covid Québec, cet événement a été diffusé sur diverses plateformes de médias sociaux. 

Le 14 juin 2022, en raison d'une plainte déposée à son encontre par un collègue de son axe de recherche, il a été suspendu sans salaire pour une durée de huit semaines. Le 14 juillet, à la suite de cette suspension, Patrick Provost a été convié à une entrevue à la station de radio CHOI FM – Radio X –, où il a réitéré sa position en matière de vaccination des enfants. 

Quatre jours plus tard, une plainte contre ses commentaires était déposée sur le site Web de l'Université Laval. Le 25 octobre 2022, une commission d'enquête fut mise en place et conclut que la plainte était acceptable. Le 23 janvier 2023, l’Université suspendait sans salaire M. Provost pour une période de quatre mois. 

Soutenu par son syndicat, le professeur déposait ensuite un grief contre les décisions de l'Université Laval concernant l’ensemble des suspensions. Au total, dix jours d'audiences se déroulent devant un tribunal d'arbitrage, présidé par Rosaire Houde, arbitre professionnel du travail au Québec, afin d’entendre le grief déposé par M. Provost pour contester la validation de la suspension sans solde de huit semaines imposée par l'Université Laval. 

Les premières audiences ont été déplacées à des dates ultérieures. 

Récemment, Patrick Provost faisait face à une troisième plainte, qui a probablement conduit à son congédiement, à cause de la pré-publication d’un article scientifique dans la revue Research Square. Par la suite, M. Provost a présenté sa version des faits aux représentants de l'Université Laval, pour ensuite être disculpé des accusations le 14 février. 

La veille, l'Université avait reçu copie d'une lettre de soutien à Patrick Provost écrite et signée par 281 professeurs de l'établissement. Dans ce reportage, il nous explique où en est le dossier.

Remove Ads
Remove Ads

  • By Drea Humphrey

Stop Medical Silencing

44,075 signatures
Goal: 50,000 Signatures

Add signature

Don't Get Censored

Big Tech is censoring us. Sign up so we can always stay in touch.

Remove Ads