Une boxeuse se retire du championnat à cause d'un adversaire transgenre

Katia Bissonnette a déclaré, 'Il n'y avait aucune information, même pas précisant qu'il s'agissait de quelqu'un qui était né homme. C'était comme si tout était normalisé.'

Remove Ads

Du 27 au 29 octobre, lors du championnat provincial des Gants dorés au Québec, Katia Bissonnette, une boxeuse de Saguenay, s'est retirée de la compétition après avoir découvert que son adversaire, Mya Walmsley, s'identifiait comme une femme trans. La révélation est survenue juste une heure avant le match prévu, entraînant le retrait de Bissonnette et la victoire par défaut de Walmsley. 

Katia Bissonnette, qui avait surmonté un passé tumultueux lié à des problèmes de dépendance, a parlé avec passion de son parcours dans la boxe lors d'une entrevue. Elle a souligné l'impact positif du sport sur sa vie, l'aidant à surmonter des défis et à se reconstruire physiquement et mentalement.

La controverse a éclaté lorsque Bissonnette a appris qu'elle devait combattre un homme transgenre sans préavis. Le manque de transparence de la Fédération de boxe du Québec concernant l'histoire et les qualifications de Walmsley a laissé Bissonnette dans une position difficile. Elle a exprimé sa déception quant à la gestion de la situation par la fédération et a souligné la nécessité de clarté et de responsabilité.

Bissonnette a déclaré, "Il n'y avait aucune information, même pas précisant qu'il s'agissait de quelqu'un qui était né homme. C'était comme si tout était normalisé."

Confrontée à un manque d'informations et à la situation inédite dans la boxe amateure au Québec, elle a pris la décision de se retirer, préoccupée par la sécurité et l'équité du match.

En réfléchissant à l'après-coup, Bissonnette a souligné l'importance de la confiance dans la fédération et a critiqué son manque de transparence. Elle a exprimé sa déception face au silence de la fédération sur la question et a appelé à la reconnaissance, aux excuses et au remboursement de ses frais d'adhésion.

Abordant la question plus large de la participation des personnes transgenres dans le sport féminin, Bissonnette a souligné la nécessité de prendre des décisions responsables. Elle a reconnu les difficultés auxquelles sont confrontées les personnes transgenres, mais a plaidé contre le fait que les femmes supportent les risques physiques de concourir contre des adversaires biologiquement masculins.

Vous pouvez soutenir April Hutchinson dans sa lutte contre l'union canadienne d'haltérophilie sur StandWithApril.com.

Remove Ads
Remove Ads

Don't Get Censored

Big Tech is censoring us. Sign up so we can always stay in touch.

Remove Ads