Sexualisation des enfants dès l'âge de 6 ans, Ministère de l'Éducation du Québec

Le Ministère de l'Éducation du Québec a mis en place un nouveau programme obligatoire axé sur la sexualité et l'identité de genre dans les écoles primaires et secondaires. Les enfants dès l'âge de six ans seront désormais initiés aux complexités de la sexualité.

Remove Ads

Le Ministère de l'Éducation du Québec a annoncé le remplacement du programme "Éthique et culture religieuse" (ECR) par un nouveau programme intitulé "Culture et citoyenneté québécoise", qui deviendra obligatoire à partir de l'année scolaire 2024-2025. Ce programme remanié vise à introduire les élèves à divers aspects de la sexualité, de l'identité de genre et des contenus LGBT+, suscitant une large gamme de réactions au sein de la population.

À partir du niveau primaire, les enfants dès l'âge de six ans recevront des leçons sur la sexualité, les besoins du corps, la prévention des agressions sexuelles et les compositions familiales diverses. En deuxième année, les élèves apprendront les parties sexuelles du corps et les rôles de genre. En troisième année, l'accent sera mis sur les stéréotypes liés au sexe et au genre, l'inclusion et l'exclusion, ainsi que le respect des différences.

Le programme continue de développer ces thèmes jusqu'au secondaire, avec seulement les élèves de troisième secondaire, âgés de 14 ans, bénéficiant d'une courte pause du contenu d'éducation sexuelle. Cette approche peut submerger les jeunes élèves en introduisant des sujets complexes à un âge précoce.

L'ancien programme "Éthique et culture religieuse" fournissait des outils pour comprendre le patrimoine culturel et religieux, promouvoir la cohésion sociale et enseigner la tolérance, le respect et l'ouverture. En revanche, le nouveau programme vise à aborder les inégalités et les différences basées sur l'apparence, le sexe et le comportement.

Certaines préoccupations ont été soulevées concernant le programme dont l'accent est mis sur l'identité de genre et la sexualité, pouvant entraîner une sexualisation précoce et une confusion chez les jeunes enfants. Des sujets tels que la dysphorie de genre et les identités non binaires sont des questions psychologiques complexes qui devraient être abordées par des professionnels de la santé plutôt que par des programmes scolaires.

Ce nouveau programme est désormais obligatoire dans les écoles publiques de la province de Québec, mais les parents vont-ils le contester ?

Remove Ads
Remove Ads

Don't Get Censored

Big Tech is censoring us. Sign up so we can always stay in touch.

Remove Ads